Défense de la science

Comment manquer une occasion de discréditer le postmodernisme ? Chomsky m’en donne une dans un bel article, intitulé Science et rationalité, où il s’efforce de répondre aux critiques de la science, de la logique et de la rationalité, commençant par remarquer assez drôlement : « Pour ma part, s’il faut être honnête, je ne vois pas qu’il y … Lire la suite Défense de la science

Pas de liberté sans vérité

« Le sentiment que le concept même de vérité objective est en passe de disparaître du monde […] m’effraie bien plus que les bombes. » George Orwell Mais qu’est-ce que la vérité objective ? La conviction que le réel existe en dehors de nous et que nous pouvons l’atteindre par une recherche plus ou moins rigoureuse, qui va … Lire la suite Pas de liberté sans vérité

Le tortionnaire qui joue au professeur

La dystopie de 1984 s’incarne dans la figure de l’intellectuel : O’Brien, un homme doté d’autant d’érudition que de pénétration, tortionnaire qui joue au professeur. Le régime totalitaire décrit ici n’impose pas des idéaux de gauche ni de droite – chaque tendance politique y reconnaîtra son adversaire – mais un mode de pensée propre à certains intellectuels : la … Lire la suite Le tortionnaire qui joue au professeur

De la philosophie considérée comme un sport

Bien des gens ne voient pas l’intérêt ou l’utilité de la philosophie. Obscure matière que nous parcourrons en terminale, elle donne à ceux qui s’y spécialisent une autorité intellectuelle qui reste invérifiable et inspire en conséquence de la méfiance ou de l’admiration. On la perçoit comme l’équivalent de l’histoire des idées, ou une manière laïque … Lire la suite De la philosophie considérée comme un sport

La connaissance de l’écrivain

Le postmodernisme a ruiné la fiction et l’imagination, ai-je dit. En effet, en réduisant toute production de l’esprit à une fiction et notre rapport au monde à l’imagination, non seulement ce mouvement discrédite la raison et les sciences, limite les facultés de notre esprit à une seule d’entre elles et nous interdit tout accès au … Lire la suite La connaissance de l’écrivain

Des chemins qui mènent quelque part

Quand je vois tellement de gens instruits et intelligents partager les élucubrations d’Agamben, de Butler ou de Latour, et d’autres les écouter, interdits, inquiets, sans plus savoir qui croire, je me dis que nous manquons de repères, que nous sommes perdus dans la multiplicité et l’éparpillement de notre monde. Le postmodernisme a voulu imiter cet … Lire la suite Des chemins qui mènent quelque part