Des chemins qui mènent quelque part

Quand je vois tellement de gens instruits et intelligents partager les élucubrations d’Agamben, de Butler ou de Latour, et d’autres les écouter, interdits, inquiets, sans plus savoir qui croire, je me dis que nous manquons de repères, que nous sommes perdus dans la multiplicité et l’éparpillement de notre monde. Le postmodernisme a voulu imiter cet … Lire la suite Des chemins qui mènent quelque part

Biopouvoir, disent-ils

« Le grand public est à la fois trop sain et trop stupide pour acquérir une mentalité totalitaire. L’attaque directe et consciente contre la décence intellectuelle vient des intellectuels eux-mêmes. » George Orwell Depuis le début de l’épidémie, Giorgio Agamben qualifie la covid 19 d’invention de l’État afin d’étendre son pouvoir, sa surveillance et ses contraintes. Par son … Lire la suite Biopouvoir, disent-ils

Causes et conséquences du postmodernisme

« Dans bien des cas, nous pouvons démontrer que s’ils semblent incompréhensibles, c’est pour la bonne raison qu’ils ne veulent rien dire. » (Sokal et Bricmont, comme toutes les citations suivantes.) En lisant Impostures intellectuelles de Sokal et Bricmont, la première impression est qu’il ne s’agit pas d’un ouvrage contre la philosophie, mais d’un très bon ouvrage … Lire la suite Causes et conséquences du postmodernisme

L’antidote au postmodernisme

Pire qu’une imposture, le postmodernisme est une pathologie, une peste de la pensée contre laquelle nous devons développer des anticorps et rien de mieux pour nous en pourvoir que de lire Jacques Bouveresse. Il est exactement l’inverse de ses adversaires : rigoureux, informé, précis, nuancé, se pliant à la logique comme aux faits. Bref, il est … Lire la suite L’antidote au postmodernisme

La maladie imaginaire de la philosophie et de la littérature

Immanence et transcendance s’entretissent comme s’entrecroisent verticalité et horizontalité. L’horizontalité du vécu et la verticalité des valeurs. L’horizontalité des choses et la verticalité des idées. L’horizontalité d’une nature dans sa variation et la verticalité des lois qui la régissent. Etc. Cette croissance partagée, encouragée de l’horizon et du vertige ne se ressent jamais mieux qu’en … Lire la suite La maladie imaginaire de la philosophie et de la littérature

Où l’on s’enracine à en crever le ciel

Autre contradiction qui caractérise notre culture, celle entre ici-bas et au-delà, entre immanence et transcendance. L’ici-bas, c’est la concrétude des choses, l’épaisseur, le grain, le toucher, la saveur, toi et moi, un baiser, la terre et sa pesanteur, le temps aussi fugace qu’irréversible, l’aspérité de ressentir, l’endurance de vivre. L’au-delà, au contraire, ne tombe pas … Lire la suite Où l’on s’enracine à en crever le ciel

Le risque d’un désastre

Il y a cette idée selon laquelle notre culture se distinguerait, surtout à partir des temps modernes, mais déjà dans l’antiquité grecque, par la raison, la pensée claire et distincte d’un Descartes, l’interrogation logique d’un Socrate. Comme si les autres cultures, passées ou présentes, qui ignorent la modernité, étaient dépourvues de cette capacité et que … Lire la suite Le risque d’un désastre

Fille des Lumières sous le signe des Chimères

Autre contradiction qui traverse notre culture, celle de la raison et de la passion, du rationnel et de l’irrationnel, de la pensée et du sentiment, de l’imaginaire et du réel. Déjà, existe-t-elle ? Les sentiments comme les sens affinent, nuancent, éveillent notre intelligence. L’imagination, par ses prédictions et ses abstractions, nous permet de connaître le réel. … Lire la suite Fille des Lumières sous le signe des Chimères