Rêver d’être allongé au milieu des pierres qui roulent

Dans Les Techniciens du sacré, publié dans les années 1960, Jerome Rothenberg cherche à recueillir une poésie originelle ou archaïque, bien qu’elle nous soit parfois contemporaine, la poésie des peuples qui ignorent la modernité et donnent ainsi accès au sens premier et universel de ce genre, à sa vocation fondamentale : « être l’égale du monde en son … Lire la suite Rêver d’être allongé au milieu des pierres qui roulent

Destination de la poésie

François Leperlier, abandonnant l’entreprise impossible de définir la poésie, cherche à cerner son sens et sa mission. Le terme qu’il choisit annonce sa position : « destination ». Il souligne ainsi l’ambition d’être en avant, de porter la promesse d’un devenir, de viser une finalité qui ne vaut qu’en tant que telle, comme promesse et appel, à dimension … Lire la suite Destination de la poésie

Et vous direz alors c’est René Guy Cadou

Fraîcheur et fougue, une naïveté vitale. Il est rare de trouver autant d’originalité et de sincérité dans les images. Évidence trouble d’yeux qui pleurent et rient à la fois, tendresse étrange, étranglée pour un monde dont la gloire est de toujours nous dérouter et ne jamais nous déserter. Je suis souvent admirative mais interdite devant … Lire la suite Et vous direz alors c’est René Guy Cadou

La Source

Marc Graciano a une prose des plus étranges et dérangeantes. Rien d’étonnant à ce qu’il soit publié chez José Corti, l’éditeur de Julien Gracq. On entre chez l’un et l’autre en débroussaillant son chemin, avec un émerveillement contenu par le mystère profond des lieux, qui s’ouvre parfois brutalement sur l’horreur. L’auteur choisit d’ailleurs un titre … Lire la suite La Source