Le renard et la rose

Dernière rose avant la neige

« Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche :
– Ah! dit le renard… Je pleurerai.
– C’est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise…
– Bien sûr, dit le renard.
– Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.
– Bien sûr, dit le renard.
– Alors tu n’y gagnes rien !
– J’y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.
Puis il ajouta :
– Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu, et je te ferai cadeau d’un secret.
Le petit prince s’en fut revoir les roses :
– Vous n’êtes pas du tout semblables à ma rose, vous n’êtes rien encore, leur dit-il. Personne ne vous a apprivoisées et vous n’avez apprivoisé personne. Vous êtes comme était mon renard. Ce n’était qu’un renard semblable à cent mille autres. Mais j’en ai fait mon ami, et il est maintenant unique au monde.
Et les roses étaient bien gênées.
– Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu’elle vous ressemble. Mais à elle seule, elle est plus importante que vous toutes, puisque c’est elle que j’ai arrosée. Puisque c’est elle que j’ai mise sous globe. Puisque c’est elle que j’ai abritée par le paravent. Puisque c’est elle dont j’ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c’est elle que j’ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c’est ma rose.
Et il revint vers le renard :
– Adieu, dit-il…
– Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux.
– L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit prince, afin de se souvenir.
– C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.
– C’est le temps que j’ai perdu pour ma rose… fit le petit prince, afin de se souvenir.
– Les hommes ont oublié cette vérité, dit le renard. Mais tu ne dois pas l’oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose…
– Je suis responsable de ma rose… répéta le petit prince, afin de se souvenir. »

Le Petit Prince
Antoine de Saint-Exupéry


Publié le

dans

par

Commentaires

9 réponses à « Le renard et la rose »

  1. Avatar de duff john
    duff john

    Que c’est beau !
    Moi, dans mon univers, Facebook, Tweeter. Beurk.

    J’aime

    1. Avatar de Joséphine Lanesem

      Ça doit faire un an que je me suis débarrassée de tout réseau social (j’avais Facebook depuis sa création presque, Instagram depuis seulement quelques mois, rien d’autre). Ça ne m’a pas manqué un instant. Je te conseille ! Les réseaux sont devenus le réceptacle de toute la laideur du monde, ils ne méritent pas une seconde d’attention.

      Aimé par 2 personnes

      1. Avatar de duff john
        duff john

        Tu as raison, mais d’un autre côté, face de bouc n’est que le reflet d’un monde très laid. Ne pas y aller ne la fera pas disparaître.
        Il y a aussi des gens extraordinaires (ce n’est pas la majorité, je te l’accorde), mais me priver de ce potentiel m’est très dur.
        Où je te rejoint complètement c’est quand je me dis qu’aller sur ces réseaux sociaux revient à enrichir des Elon Musk ou Zuckerberg, ça fait très mal.

        J’aime

        1. Avatar de Joséphine Lanesem

          Je n’ai jamais rien trouvé d’extraordinaire sur Facebook, je n’ai pas dû bien chercher, à part les chroniques d’André Markowicz sur la littérature russe.
          Je ne pense pas que ce soit le reflet du monde, ça ne correspond pas à ce que je vois dans la réalité. Les réseaux font ressortir le pire et ils attirent le pire. Ils sont une expérience d’abrutissement, d’avilissement à grande échelle.
          Je ne pense pas que le monde soit laid, mais un monde où on n’a jamais à rendre de comptes et où il manque le visage de l’autre, un monde sans limites ni profondeur, pure superficialité, qui plus est amère et crispée, substituant l’indignation à la réflexion, ne peut donner rien de bon.
          Mais je comprends que tu préfères y rester si tu y découvres des pépites !

          J’aime

  2. Avatar de laboucheaoreille

    C’est incroyable comme ce dialogue est beau et émouvant, même quand on le connaît bien. On pourrait croire que c’est naïf mais c’est tout le contraire. Merci de m’y avoir replongée !

    Aimé par 2 personnes

  3. Avatar de carnetsparesseux

    je dois avouer que je ne suis pas un inconditionnel de Saint-Exupéry ; mais ce dialogue est étourdissant.

    J’aime

    1. Avatar de Joséphine Lanesem

      Oui, et sans rien de trop, en toute simplicité. C’est beau sans qu’on sache où situer précisément la beauté.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :