Le diable au corps

Proposition pour l’agenda ironique de février Choisir une partie du corps. Membre organe tissu cellule liquide substance. Coin pli bout trou articulation ou protubérance. Quelconque élément que vous arrivez à personnifier. Oreille œil poumon synapses pieds nuque coude genou coccyx omoplate nez mitochondrie langue cœur sang ADN cuisse grain de beauté pouce paume auriculaire ou … Lire la suite Le diable au corps

·e·

La polémique autour de l’écriture inclusive semble ne jamais finir. J’ai déjà donné mon avis, je le complète ici. L'écriture inclusive m'exclut. Elle me fait croire que je ne suis pas comprise dans le « bonjour à tous » ou le « tout un chacun » et que des expressions comme « distinguer le vrai du faux » portent atteinte à … Lire la suite ·e·

La maladie imaginaire de la philosophie et de la littérature

Immanence et transcendance s’entretissent comme s’entrecroisent verticalité et horizontalité. L’horizontalité du vécu et la verticalité des valeurs. L’horizontalité des choses et la verticalité des idées. L’horizontalité d’une nature dans sa variation et la verticalité des lois qui la régissent. Etc. Cette croissance partagée, encouragée de l’horizon et du vertige ne se ressent jamais mieux qu’en … Lire la suite La maladie imaginaire de la philosophie et de la littérature

La double source de la littérature

En moi, la littérature, entendue comme la lecture et l’écriture, prend sa source dès l’origine, dès l’enfance. Elle a une double source : la magie du langage et l’imagination sans images. Par magie du langage, j’entends le plaisir du bruit de la langue, de ses sonorités déliées du sens. Toute petite, avant de m’endormir, je tentais … Lire la suite La double source de la littérature