La parole au corps

Sans espoir, Frida Kahlo, 1945

Février s’achève et avec lui l’agenda de ce mois. Il fallait donner la parole à la multitude de silencieux qui nous constituent et nous maintiennent en vie. Déjà ils sont retournés à leur obscurité, il est temps de voter pour le prochain atelier. Lisons les textes sans les hiérarchiser, le corps a besoin de toutes ses parties ; et celles qui ont quelques murmures de retard seront bien accueillies.

Les dunes de l’île de Sein, Tous les drapeaux
Unis comme les cinq doigts de la main, Tout l’opéra ou presque
Divination, In the Writing Garden
Une goutte de sang, Paumée
Venette de gambettes, Lyssamara
Dans la tête, Nervures et Entailles
Empêchement, Les mots autographes
Au rayon vert deuil, Le dessous des mots
Mon oeil, Gibulène le petit escargot
Il était une foie, funambule sur le fil de l’écriture
Un buste titanique, Le retour du Flying Bum
bleu cuir, poLétique et tocs
Le sicaire 2, littérature mon amour
Boy’b, une patte dans l’encrier
Le coeur de l’Opéra, Photonanie

19 commentaires sur “La parole au corps

  1. Bonjour Joséphine, afin de tenir ma parole, voici un petit texte respectant l’a.i, où j’ai glissé le titre de chacun de vos jolis écrits. Merci pour cette plongée dans les corps sans raillerie aucune.

    Arrière chagriné

    Eh! Boy de nos faces b, sicaire double de nos cœurs ! D’O paiera le tribut ? Tu nous mets au rebut ? Tes dunes déliées de saint, tes divinations douces, au rayon vert ? Deuil de tes doutes?
    « Il était une fois », bla, bla, bla, « un buste (peu) titanique, une goutte de sang rythmant de fols espoirs, des envies viscérales unies comme les cinq doigts de la main » … Mon œil (enfin nos yeux vu qu’on est deux)!!! Un empêchement ? C’est dans la tête !
    On est juste pas ton genre, pourtant presque Jennifer. On comprend mieux maintenant, même pas encore flétries, tes retours en arrière : douze ans, ce n’est pas rien ! Juste, promet de nous garder et le bleu et le cuir …

    Aimé par 4 personnes

  2. Quatorze textes, c’est une belle récolte ! Et puis, le contexte depuis mercredi est peu propice à l’écriture ironique (voyez même votre illustration « Sans espoir »). Gageons que les retardataires vous feront signe bientôt 🙂!

    Aimé par 1 personne

    1. D’accord, aucun souci, comme je le disais à Photonanie, je ne peux pas enlever ton nom sans fausser les résultats mais je ne te compterai pas. C’est dommage si ce n’est qu’une question de site, un blog temporaire pourrait faire l’affaire. Une prochaine fois !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s