Pourquoi je n’utilise pas l’écriture inclusive

Bien que femme et féministe.

Déjà, parce que je n’écris pas par abréviations. C’est la moindre des politesses envers mon lecteur. Si je veux dire une chose, je l’écris en toutes lettres, comme elle sera lue – à voix muette ou haute. Cette coïncidence entre la trace et la voix fait le charme de la lecture. Par ailleurs, je féminise toutes les fonctions et quand je désigne un ensemble professionnel qui comprend des femmes et des hommes, je le décline au féminin et au masculin. Parfois, je place le féminin avant, parfois après, car la systématicité est une facilité et je reste soucieuse du rythme et du son. Et si la grammaire le permettait, je choisirais l’accord de proximité, plus juste et aussi plus seyant.

Ensuite, parce que l’écriture inclusive vient d’un préjugé envers les langues genrées, notamment les langues latines et par contiguïté envers les pays de l’Europe méditerranéenne – si arriérés, c’est bien connu. Prenant pour modèle l’anglais (encore et toujours, les États-Unis, quel inénarrable ennui), on décide que le genre des mots dérive de notre sexisme. Hum, la lune et le soleil, c’est sexiste ? Envers lequel des astres ? Cette position manifeste une méconnaissance profonde des langues et des civilisations qui se sont construites dans cet imaginaire genré et se trouve contredite par l’évidence : des langues non genrées donnent des sociétés sexistes (turc, japonais, chinois), des langues où les insultes désignent du masculin donnent des sociétés sexistes (italien), des langues également genrées donnent des sociétés plus ou moins sexistes (différence entre l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la France, etc.). Et les anglophones ne témoignent pas sur ces sujets d’une pensée plus fine et élaborée que les autres (la théorie du genre ne résolvant pas la question du féminin et du masculin). Le genre n’est pas une faute, mais une richesse. J’envie plutôt les langues africaines qui en comptent une dizaine, mais j’ai déjà écrit un article sur la poésie du genre : De la lune ou du soleil, auquel je renvoie.

En outre, ne disposant pas de neutre, les langues latines empruntent le masculin. Le masculin, en français, c’est du neutre. Si je dis tout un chacun et non toute une chacune, c’est que je me réfère à cette neutralité. Donc, oui, en tant que femme, je dois m’identifier à du masculin ; et je ne suis pas contre l’idée d’inverser la tendance : il m’arrive de parler en général et de décliner mon propos au féminin, pour tenter, voir, expérimenter, troubler la limpidité du genre, donner un coup de biseau dans la masse du discours dominant, que représentent d’ailleurs avec à propos les barres et les points de l’écriture inclusive. Cependant, ayant une langue déjà si genrée, doit-on la genrer davantage ? Doit-on perdre la neutralité ? Je tiens au neutre, parce que je ne me limite pas à mon identité sexuée : je ne veux pas qu’on s’adresse toujours à moi en tant que femme.

Il y a quelque chose de vulgaire, de grossier à tout ramener au sexe. C’est évident dans la vie courante comme dans la graphie. Je disais hier : quand Ponge me parle du pain, je ne pense pas à ce qu’il a dans le pantalon. C’est finalement ce que font toutes les personnes qui me rappellent et me ramènent sur tout sujet, dans la moindre adresse, à ma féminité. Oui, je suis xx et pas xy, mais nous disposons du même cerveau, des mêmes capacités sensori-motrices, des mêmes fonctions cognitives, avec des variations individuelles, certes, mais qui ne dépendent pas du sexe : cette affirmation, si difficile à défendre encore aujourd’hui, n’est-elle pas la base du féminisme ? J’analysais hier la part du féminin et du masculin dans l’écriture, mais si nous lisions des textes à l’aveugle, sans connaître le sexe de leur auteur (neutre, de nouveau), nous ne pourrions le deviner si aisément, et c’est heureux.  

Le neutre incarne notre universalisme. Dans une certaine mesure, l’universalisme est coupable : il ne défend pas l’égalité de tous, mais seulement le droit du plus fort : de l’homme, de l’hétérosexuel et de l’Occidental, posé en norme universelle. Par exemple, si une femme crée, on lui demande quelle est la part du féminin dans son œuvre. Mais je n’ai jamais vu une interview ou une analyse s’interroger sur la part du masculin chez les hommes. C’est la norme : on ne va pas demander à un homme ce que c’est d’être un homme, ma foi tout le monde sait ça, c’est être normal. Si on commençait à l’interroger, ça deviendrait un particularisme, quelque chose qui pourrait ne pas être, alors que c’est l’être en soi. Alors qu’être femme, oh c’est bien mystérieux, racontez-nous ça, ce mystère d’où nous venons, cette obscurité de la matrice, de l’origine de l’être. Les femmes, cette part cachée de l’humanité – qui en représente pourtant la moitié. Certaines se plaisent à jouer avec coquetterie de ce mystère. Pour ma part, il m’exaspère : il n’y aurait pas tant de mystère s’il y avait de l’attention. Si les hommes avaient cherché à nous connaître, ils sauraient. Mais ils ne veulent surtout pas percer le mystère. Oh non, c’est tellement mieux, le mystère. C’est tellement plus émoustillant d’adorer ou d’abhorrer que de connaître.

Dans une autre mesure, tout aussi importante, l’universalisme est notre salut. Je ne vois pas comment concevoir l’égalité de tous autrement que par l’universalisme : la conviction inébranlable qu’en dehors de toutes les variations de notre incarnation, nous avons le même esprit, plus ou moins brisé par la vie, mais le même. J’irai jusqu’à dire : la même âme, dans le sens où je ne désigne pas ici la capacité mentale, la lucidité ou l’intelligence, mais ce mystère (vrai, celui-ci) qui nous anime et exige également considération et reconnaissance chez tous et pour tous. L’écriture inclusive porte atteinte à cet universalisme. Femme, me dit-elle, tu seras femme. Dans tout ce que tu fais, tout ce que tu penses. La césure entre le masculin et le féminin ne se résoudra pas, le point ici ne suture rien. Son inclusion est exclusion.

Je n’exprime ici qu’un avis parmi d’autres, sujet à variations. Le plus important, c’est de laisser chacun libre de son choix, de ne rien imposer par idéologie. L’écriture inclusive a révélé l’impressionnante invisibilisation des femmes dans notre histoire et notre culture, elle a enfin fait résonner, à plein, le e trop souvent silencieux de notre féminin. Les réflexions qu’elle a amenées sont indispensables et j’en retiens le souci constant de me référer au féminin, de vérifier si le masculin l’occulte ou le représente, de voir si le neutre renvoie bien à la neutralité. Je suis curieuse aussi de l’expérimentation, littéraire ou graphique, qui joue de cette nouvelle déclinaison de l’écriture et révèle les non-dits, indéniables, de notre langue. Expérimentation d’autant plus importante que cette écriture tend à devenir une convention, un automatisme, soit une manière de se dispenser de déconstruire le discours et de le ré-articuler, le subterfuge remplaçant l’inventivité.

En illustration, l’écriture inclusive qu’a inventée Edgardo dans sa traduction de Dio devenu Bac du collectif Anthropie. Je la trouve belle et intelligente dans la légèreté de son équivalence. Pas de signes qui font trébucher la lecture : l’ouverture d’un embranchement où nous choisissons d’emprunter un chemin. Mais il faudrait peut-être mettre les e et les a au-dessus des o et des i pour qu’elle renverse vraiment le système.

15 commentaires sur “Pourquoi je n’utilise pas l’écriture inclusive

  1. Merci pour cet article – phew, soupir de soulagement. Grâce à toi, je comprends enfin une des raisons – et la principale – qui me font éprouver à l’égard de l’écriture inclusive une aversion difficile à exprimer de nos jours. L’accord de proximité existait autrefois et ne dérangeait personne. Mais ces affreux points veulent nous enfermer et nous réduire – tous – à notre sexe. Je me déplace dans la vie et me perçois le plus souvent sans rapport à mon sexe. En personne principalement neutre. On me dira que c’est parce que je suis ultraprivilégiée, et que ce luxe n’est pas acquis à bien des femmes dans le monde. C’est probablement vrai et je suis reconnaissante à celles qui ont lutté pour me permettre de vivre ainsi. Mais voici qu’il faut se déclarer, en quelque sorte. A l’heure où monte par ailleurs la revendication par certains à être reconnus comme non-genrés. Je commence à avoir du mal à suivre.
    Le mystère féminin, ah la la. Comme tu le dis, certaines s’y complaisent (c’est le moins qu’on puisse dire). Toutes ces prétentions à un statut royal (we are all QUEENS), que dis-je, divin (déesses-mères dont la vie est consacrée par le fait d’avoir accouché) révèlent un culte du vagin équivalent au culte de la quéquette chez les hommes (certains hommes). Vais pas me faire que des ami.e.s, là…

    Aimé par 2 personnes

    1. 😂😂😂
      Oui, culte vulvique contre culte phallique. J’imagine un homme aujourd’hui qui dirait retrouver son Odin intérieur et battre son torse de ses poings. Et puis, les femmes stériles ou les femmes sans enfants sont des femmes à part entière ! Cette divinisation du féminin, à terme, fait le lit du patriarcat. Car le patriarcat, c’est la femme-ventre. Et de la femme-vulve à la femme-ventre, il n’y a qu’un pas.
      Pour le reste, tu rappelles à juste titre que la diversité est la voie vers l’universalité. Il n’y a pas d’autres moyens vers l’universalité que de passer par la reconnaissance de la différence mais l’universalité doit rester la finalité. Sinon on va juste rester à se compter les poils du nombril. Belle perspective de connaissance de soi.

      Aimé par 1 personne

  2. Encore une fois bravo, Joséphine, pour exprimer si bien ce que peut avoir de dérangeant l’écriture inclusive.
    Dans ma jeunesse, à l’école, on nous apprenait qu’il y avait 3 genres, masculin, féminin et neutre, et que le neutre s’accordait sur le masculin. On n’avait pas encore inventé ce non-sens, le masculin l’emporte sur le féminin (ou du moins, je ne me posais pas la question).
    Après, je suis comme toi, usant peu d’abréviations, j’essaie d’écrire le masculin ET le féminin.
    Quand à l’écriture inclusive elle-même, j’y suis personnellement opposé tant cette irruption de points (qui devraient être des points-milieux mais tout le monde ne maîtrise pas l’orthotypographie), et de tirets rendent certaines phrases rigoureusement incompréhensibles.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, tu fais bien de rappeler qu’il s’agit du point milieu. J’ai oublié de le mentionner.
      On peut remettre en question cette identification du neutre au masculin, donc du masculin à la norme, mais je crois que tout formatage volontariste mène à l’appauvrissement et nous dispense de trouver des solutions plus inventives.

      Aimé par 1 personne

  3. La confusion du masculin et du neutre est tout de même très problématique car, précisément, il prête à confusion. Quand on dit « les écrivains », veut-on parler des seuls écrivains hommes ou de l’ensemble des écrivains, hommes et femmes confondus ? Et l’autre jour, je me posais une autre question : Si je dis « Annie Ernaux est mon écrivaine préférée » est-ce que les gens comprendront que je la préfère à tous les autres écrivains (hommes et femmes) ou seulement aux autres femmes écrivains (sous-entendu : je peux préférer des tas d’écrivains hommes à Annie Ernaux bien qu’elle soit ma préférée).
    Ce genre de confusions du langage me dérange et le mérite de l’écriture inclusive c’est de lever les ambiguités, bien que de manière peu grâcieuse et peu satisfaisante.

    Aimé par 1 personne

    1. Je pense qu’il faut trouver la formulation adéquate par nous-mêmes. Dans tant de situations, le langage doit être travaillé pour rendre compte de la réalité. C’est après tout notre métier comme écrivain. D’autre part, le langage n’est pas transparent, il n’adhère pas à la réalité comme une formule mathématique. Il faut accepter ce jeu, cet intervalle, plutôt que l’effacer à tout prix, pour avoir quelque effet (fantasmé) sur la réalité.
      Mais je suis d’accord, l’écriture inclusive a ses avantages et cela dépend aussi des usages. Elle ne m’a jamais dérangée dans des contextes officiels, professionnels, même si dans mon cas elle tombait à côté : comme quelqu’un qui vous ferait moult courbettes alors que vous n’aimez pas les manières.

      Aimé par 1 personne

  4. Sur le e souvent muet du féminin… Même quand je ne le prononce pas, je l’entends, et je pense n’être pas la seule. Il est dans ma bouche, dans ma tête comme une ombre veloutée, comme le mouvement d’air suivant le battement de l’aile. Sur lui repose aussi ce que je vais très maladroitement nommer le corps immatériel de la poésie, une sorte de « shadow sonority », cette part du son de la poésie que je perçois comme à cheval entre la sensation et le sens. Je n’aime pas le voir coincé entre des piquets.

    Aimé par 3 personnes

    1. Comme tu le décris bien. C’est le plus subtil de la langue. Le silence de tous les possibles. Et toutes les lettres muettes du français, nous les entendons. Elles s’inscrivent dans l’air. Il est rare qu’une langue ait une telle spectralité. Du moins, elle est très différente en cela de ses sœurs latines qui clament toutes leurs lettres. Et c’est un de ses charmes, au sens fort, une de ses puissances. Ceux qui comparent les langues pour préférer l’une à l’autre au nom de telle ou telle caractéristique oublient de comprendre l’ensemble, son esprit ou son âme.

      Aimé par 2 personnes

  5. Oui, c’est cela, je ne vais pas vous paraphraser, d’autant que vous le dites à merveille, et quelqu’un enfin quelqu’une 🙂 qui rappelle que le (genre grammatical) masculin est neutre, oh merci, merci, allez encore une fois pour le plaisir, merci !!! bon sinon l’article m’a beaucoup plu mais ai-je besoin de le préciser ? très bonne soirée

    Aimé par 2 personnes

Répondre à Joséphine Lanesem Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s