Marron

Novembre

Marron brûle doigts engourdis et lèvres gercées. Le mot comme la chose nous vient des Alpes, ou des Pyrénées. Il en garde un goût de vie sauvage.

Matière première de notre monde qui modèle la terre, le bois, le pelage ou la peau. Craquèlement des croisements qui deviennent croissance. Couleur la plus commune, si commune qu’elle sert de camouflage : rien de mieux pour se fondre dans le paysage ou la foule. Il est la nature sans atours, nue et grelottante, telle qu’elle se montre en novembre ; et son obscurité appelle le toucher plus que le regard : la main qui flatte l’animal, serre la peluche, caresse le bois, creuse un sillon, égraine la semence.

Il paraît que ce n’est pas une couleur, mais le point où elle sombre dans la non-couleur, ou bien le degré de mélange entre les couleurs où elles s’abolissent l’une l’autre. En effet, aucune trace de lui dans l’arc-en-ciel, mais c’est qu’il est trop modeste pour figurer au ciel. Il appartient au bas monde, à l’humble labeur, aux métiers sans éclat, à ceux qui n’avaient pas de quoi teindre leurs habits ; et il rappelle l’ancien temps, quand les teintures manquaient, le clair-obscur des torches ou des chandelles, les variétés de l’ombre autour du foyer, les visages auréolés dans les ténèbres et les pigments empruntés au sol pour peindre nos passions. Il disparaît à l’approche de l’électricité.

Marron nous enracine. Jamais artificiel, la tradition même. Taciturne, sincère, secrètement passionné. Méfiez-vous de sa tranquillité. Il y a un fauve dans ses antres. On l’entend hurler dans l’agonie des jours et des saisons, on sent ses traces dans la fumée d’après le désastre, il rode parmi les ruines, il a la gueule de l’abandon.

Il faut bien le traiter, si on ne veut finir dévoré. Heureux, il sera généreux. Riche comme l’ambre, il préserve le passé et promet l’avenir.

Peinture warlie de pêche miraculeuse.
Je ne sais comment transcrire la signature de l’auteur, ou de l’autrice, dans notre alphabet.

6 commentaires sur “Marron

    1. Ahah la pédanterie me menace moins que la préciosité 🙂

      J’avais justement modifié cette phrase après m’être aperçue de la répétition de structure (« rien de mieux… » dans le premier paragraphe, « rien ne lui est plus contraire… »), mais je vais la remettre si elle te plaît !

      J’aime

      1. Ah ben non, c’est très bien comme ça aussi ! (Mon seuil de sensibilité à la répétition est réglé bien plus haut, je dois dire. Plus tolérant, quoi. En tout cas, à la lecture, je n’avais rien senti de gênant, loin de là.)

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s