De la philosophie considérée comme un sport

Bien des gens ne voient pas l’intérêt ou l’utilité de la philosophie. Obscure matière que nous parcourrons en terminale, elle donne à ceux qui s’y spécialisent une autorité intellectuelle qui reste invérifiable et inspire en conséquence de la méfiance ou de l’admiration. On la perçoit comme l’équivalent de l’histoire des idées, ou une manière laïque de débattre de sujets métaphysiques, ou encore comme l’art de s’étonner, s’interroger, poser des questions et surtout les questions qui ne nous viendraient pas à l’esprit.

Que chacun la pratique comme il le souhaite. Mais je crois qu’elle est avant tout une méthode, une manière de former l’esprit, de le maintenir en forme, de générer des formes et non de l’information, ce qui nous apprend à donner forme à l’information, à la traiter et la trier. Exercice de l’intelligence et non engrangement de connaissances, elle réveille de leur somnolence nos facultés mentales, qui perdent en acuité dès que nous cessons de les utiliser.

En cela, la philosophie se distingue de la science, un savoir éprouvé par son pouvoir, une connaissance qui a pour critère la confirmation par l’expérience et débouche donc sur une pratique : la technique. La philosophie, elle, ne fait pas grand-chose, du moins elle ne produit rien, et elle ne croit en rien non plus. Elle se contente de faire sens avec ce qui se présente, d’interpréter au mieux le flux des perceptions et des pensées, d’introduire de l’ordre dans le désordre où nous sommes pris.

On aimerait qu’elle réponde à nos questions les plus pressantes, les plus essentielles, qui sont aussi les plus insolubles, sans doute peut-elle y parvenir, mais au cas par cas, au cours de la recherche que mène chacun, sans fournir une solution universelle. Tout homme peut être philosophe et toute philosophie est celle d’un homme, singulière, individuelle, en ce que la totalité qu’elle crée, son système d’interprétation, ne correspond pas à l’unité d’un monde qui n’en a pas, mais à l’unité de la personne qui le perçoit.

Bref, la philosophie est une gymnastique des méninges, une hygiène du langage, qui entretient notre agilité logique et notre imagination idéelle et nous préserve de l’entropie du mimétisme, de la paresse de l’à-peu-près, du sommeil dogmatique.

Valéry décrit ainsi ce qu’elle apporte à l’homme :

« Lui délier l’esprit, diminuer sa crédulité, accroître ses facultés de distinction et d’attention : le mettre en garde contre les pièges du langage, tout en lui enseignant à s’en servir avec une précision, une liberté, une habileté accrues. Tout ceci est une manière d’être plus maître de soi contre les entreprises d’autrui ; et plus maître de soi contre soi-même. »

Bouveresse reprend ses réflexions sur le sujet dans un opuscule qui porte le titre de cet article. Par l’intermédiaire de Valéry, il semble décrire son idéal de philosophie : débarrassée de ses excroissances métaphysiques comme de ses prétentions scientifiques, qui saurait enfin ce qu’elle est et se satisferait d’y exceller : un sport de l’esprit.

Bien sûr, l’esprit ne fonctionne pas à vide : la résistance des choses lui est indispensable, comme l’eau au nageur, la route au cycliste, la pesanteur au danseur. La philosophie ne devrait jamais s’affranchir de cette résistance : il faut des connaissances pour exercer l’intelligence, et du réel pour assouplir l’esprit.

Début septembre à Trieste

8 commentaires sur “De la philosophie considérée comme un sport

  1. On pourrait tirer de ton article bien des sujets passionnants de dissertations philosophiques ! ❤ Je crois que j'aurais mieux saisi de quoi il retourne si tu avais été mon professeur de philosophie, plutôt que la jeune femme étonnée d'être là que j'ai eu en terminale, l'oracle monosyllabique (fort sympathique au demeurant) qui nous couvrait de son regard sombre en hypokhâgne puis le cynique tout tassé sur lui-même dont l'aigreur rongeait la capacité sinon à penser, du moins à enseigner.

    Aimé par 1 personne

    1. 😂😂😂

      Tu m’as l’air d’avoir croisé des postmodernes en chair et en os. C’est eux qui ont échoué leur élève, c’est certain, tu as l’étoffe du philosophe, la clairvoyance.

      Je me suis longtemps sentie illégitime à parler de philo, intimidée justement par les pythies et les cyniques. Mais le postmodernisme m’a décomplexée. Je me suis rendue compte que ce qui m’empêchait de me reconnaître dans la philo n’était justement pas la philo mais cette espèce de pathologie qui l’avait prise.

      Et puis comment avoir un complexe de l’imposteur à côté de Judith Butler 😅

      Aimé par 1 personne

  2. « il faut des connaissances pour exercer l’intelligence et du réel pour assouplir l’esprit »
    La phrase me plait car je trouve que certains intellectuels de plateaux ou reconnus manquent de l’expérience de la dernière partie de cette affirmation.
    La cognition et le mouvement (comme l’émotion) sont reliés ce qui en fait peut être un argument pour le côté sportif de l’exercice de la philosophie.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis d’accord. Tout ceci recoupe ce que je dénonce souvent : la séparation de l’intellectuel et du manuel, ou du corps et de l’esprit, ce qui ne fait pas sens du point de vue de la science, en effet. L’un et l’autre travail font appel aux mêmes facultés, bien que différemment.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s