Des ciseaux

img_20170122_005213-2
© Joséphine Lanesem

Des ciseaux, petits, de précision, dit-on. Luisant sur l’émail blanc, leur acier recèle d’infinies querelles et l’éclat d’une étoile.
Ils ne m’appartiennent pas, je les utilise comme si. Des objets de lui qui modèlent mon corps, comme il y en a tant ici.
Ils coupent, étincelle d’extrême, coulée de saignée, épuisement du trop plein d’exister, entaille dans les ténèbres du corps. Le soulagement de laisser un peu de soi devenir chose parmi les choses, des ongles pâles, les nœuds de boucles indémêlables, la peau tendre aux coins des doigts ou dure sous le talon. Le dégoût et la fascination qui l’accompagne. Le frisson, la caresse piquante, de se tailler comme un buisson.
Sans symbolique, ces petits ciseaux. En série. Aussi monotones que la pluie. Une fois par semaine. Les pieds puis les mains. L’occasion de regarder ses pieds, ses mains, merveilleusement articulés, enchantés.
Ici on ne les appelle pas ciseaux, mais forbici. Et les ongles unghie, les pieds piedi, les mains mani. Des mots qui prennent les objets, pénétrant le réel par leur étrangeté même, alors que la langue maternelle les laisse glisser et cherche leur essence dans les débris épars, servante de l’âme seulement, fluide, fuyante, tourbillonnante, ruisseau de l’émoi sur la roche des choses que rident en passant les pensées.
Les lames courtes et courbes, ridiculement minuscules face aux lobes larges et plats qui les prolongent, réservés aux doigts. Une disproportion folle, fantasmée, transformant la main entre géant et nain.
Jointes l’une à l’autre par une vis, un point, deux lames croisées comme nos deux langues, la sienne & la mienne. Avant, quand il n’y en avait qu’une, je ne savais que lacérer le monde, ou moi. Avec deux je commence à découper des formes, faire des images, raconter des histoires.

Contribution à l’e-musée de l’objet

2 commentaires sur “Des ciseaux

  1. Ah, la question du saisissement des choses et de leur manifestation par telle ou telle langue ! Je suis bien souvent embêtée quand quelque chose désire être dit en anglais au milieu de mon texte en français. Plus qu’embêtée, contrariée, les nerfs emberlificotés, presque colère – d’autant que ma mémoire est une lâcheuse. J’ai vu que vous traduisiez, vous avez toute mon admiration ! L’écriture simple, c’est du pipi de chat; la traduction, voilà le véritable empoignement avec la langue et le monde, charnel, vertigineux.

    J'aime

    1. C’est mon métier et je l’adore. L’écriture sans le je. L’altération, l’aliénation et la métamorphose. Une prise de tête parfois, mais sans l’angoisse d’entendre sa propre voix et sa minceur fragile. Une leçon de modestie et d’émerveillement car on n’en finit pas d’apprendre sa langue… Bref, tentez la poésie bilingue ou même polyglotte à la Sanguineti. 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s