Un buisson pour toison

Récit de rêve

Un chevreuil est enrobé d’une broussaille de feuilles et de fleurs, comme un mouton qui aurait un buisson pour toison. Ses pattes, son cou, sa tête émergent, fins et frêles, de cette pelote touffue, mais légère à porter, aussi légère que lui. Il court vers moi, remontant la pente des bois, poursuivi par des enfants. Il traverse le sentier où je me trouve et je me mets en travers de ses poursuivants. Lui continue à gravir vers la cime, quand un renard bondit depuis les fourrés. Le chevreuil accélère, le renard le déstabilise en courant entre ses jambes. Le chevreuil revient en arrière, vers moi, m’appelant à l’aide dans son silence, par sa simple peur. Le renard parvient à le faire trébucher, puis il s’élance sur son corps renversé, par-dessus le buisson, et atterrit près de la gorge, qu’il mord. Le chevreuil me regarde de ses yeux comme des larmes. Je ne connais pas la suite, mais je doute qu’il soit mort.