Sous le phare de ma lampe

Écrire ici plutôt qu’ailleurs, sans doute une perte de temps, ne devrais-je pas me consacrer à, je ne sais pas, une œuvre ? En suis-je encore capable ? En attendant, je désœuvre la littérature dans le désœuvrement du net. Par allégresse ou amertume, sais-je encore distinguer… L’ébauche a parfois plus d’intérêt que le tableau fini. J’aime la … Lire la suite Sous le phare de ma lampe

Le risque d’un désastre

Il y a cette idée selon laquelle notre culture se distinguerait, surtout à partir des temps modernes, mais déjà dans l’antiquité grecque, par la raison, la pensée claire et distincte d’un Descartes, l’interrogation logique d’un Socrate. Comme si les autres cultures, passées ou présentes, qui ignorent la modernité, étaient dépourvues de cette capacité et que … Lire la suite Le risque d’un désastre

Vide

Longtemps, je me suis débattue entre le désir et l’impossibilité d’écrire. Parce que je n’avais rien à dire. J’étais vide, je suis vide. Quand je le confie – rarement, c’est un vide, comment dire, plutôt intime –, on me répond que je suis tout l’inverse : habitée ; et cela me fait sourire : c’est la même chose. Plus précisément, … Lire la suite Vide

Rêver d’être allongé au milieu des pierres qui roulent

Dans Les Techniciens du sacré, publié dans les années 1960, Jerome Rothenberg cherche à recueillir une poésie originelle ou archaïque, bien qu’elle nous soit parfois contemporaine, la poésie des peuples qui ignorent la modernité et donnent ainsi accès au sens premier et universel de ce genre, à sa vocation fondamentale : « être l’égale du monde en son … Lire la suite Rêver d’être allongé au milieu des pierres qui roulent

Destination de la poésie

François Leperlier, abandonnant l’entreprise impossible de définir la poésie, cherche à cerner son sens et sa mission. Le terme qu’il choisit annonce sa position : « destination ». Il souligne ainsi l’ambition d’être en avant, de porter la promesse d’un devenir, de viser une finalité qui ne vaut qu’en tant que telle, comme promesse et appel, à dimension … Lire la suite Destination de la poésie

Dans les buissons ardents de la fraternité

Fierté d'apparaître parmi les Constellation(s) de Pier Lampás. Un insecte pointe l'antenne vers la lyre. Signe de vie ? de mort ? Orphée sait charmer jusqu'aux êtres les plus méconnus et discrédités. En retour, je vous invite à aller voir le site de Pier : Esprit de l'utopie et son triptyque : L'art des dilutions, … Lire la suite Dans les buissons ardents de la fraternité