Les vrais enfants des Lumières

En lisant Enlightenment Now, le premier effet est celui d’un soulagement. Comme si l’auteur, Steven Pinker, éteignait le bruit blanc qui m’entoure et m’offrait le silence. Il s’agit d’une défense des Lumières, de la raison et de l’humanisme qui les caractérisent, de l’avancée des sciences et des techniques autant que des valeurs de liberté, d’égalité … Lire la suite Les vrais enfants des Lumières

Qu’avez-vous contre l’espérance ?

La transcendance, de nouveau. L’outre-monde. Le christianisme. L’espérance compte parmi les trois vertus théologales, avec la foi et la charité. Vous lui reprochez sa spiritualité, son supplément d’âme, son ajournement de la vie. Pourtant, elle concerne la poursuite du temps et non l’avènement d’un autre temps ; et qu’y a-t-il de plus immanent que le cours … Lire la suite Qu’avez-vous contre l’espérance ?

La maladie imaginaire de la philosophie et de la littérature

Immanence et transcendance s’entretissent comme s’entrecroisent verticalité et horizontalité. L’horizontalité du vécu et la verticalité des valeurs. L’horizontalité des choses et la verticalité des idées. L’horizontalité d’une nature dans sa variation et la verticalité des lois qui la régissent. Etc. Cette croissance partagée, encouragée de l’horizon et du vertige ne se ressent jamais mieux qu’en … Lire la suite La maladie imaginaire de la philosophie et de la littérature

Où l’on s’enracine à en crever le ciel

Autre contradiction qui caractérise notre culture, celle entre ici-bas et au-delà, entre immanence et transcendance. L’ici-bas, c’est la concrétude des choses, l’épaisseur, le grain, le toucher, la saveur, toi et moi, un baiser, la terre et sa pesanteur, le temps aussi fugace qu’irréversible, l’aspérité de ressentir, l’endurance de vivre. L’au-delà, au contraire, ne tombe pas … Lire la suite Où l’on s’enracine à en crever le ciel

L’époque

Qu’avons-nous en commun avec nos contemporains ?  Plus j’étais jeune, plus j’étais inactuelle. Enfant, j’appartenais à un autre millénaire où ne régnait que le rêve, adolescente à un autre siècle aux exigences démesurées d’absolu et de pureté, à vingt ans j’atteignais le vingtième siècle. Avec le temps, je rejoins presque l’année en cours, que j’oublie cependant … Lire la suite L’époque