Les taciturnes

Récemment un auteur, qui se décrit lui-même comme vaniteux et narcissique, et je ne le dédirai pas, disait qu’il ne fallait pas craindre de parler, parce que notre parole n’avait pas tellement d’importance et que de toute façon personne n’écoutait vraiment. Constatation si sotte, surtout venant d’un écrivain, que je pourrais me contenter de lever … Lire la suite Les taciturnes

Plumes au vent

L'association Plumes au vent organise des concours de nouvelles et m'a demandée de répondre à quelques questions sur mon parcours littéraire. Je retranscris ici l'entretien, disponible sur leur site. Comment êtes-vous venue à l'écriture ? Difficile de désigner une origine. Ce qui m’a toujours charmée en littérature, que je l’écrive ou la lise, c’est la … Lire la suite Plumes au vent

Womankind

Sur mon blog en italien Immaginare, je présente l’artiste María María Acha-Kutscher et sa série Womankind.

Immaginare

Artista peruviana, María María Acha-Kutscher concentra il suo lavoro artistico sullo stato della donna nella società. Nella serie Womankind (genere femminile) presenta collage digitali molto elaborati tra fotografie sue e altrui, caricate su internet o trovate in riviste, giornali e libri. Quest’ultime risalgono principalmente alla fine dell’Ottocento e all’inizio del Novecento e mostrano la donna nella concezione maschile tipica dell’epoca, che la definiva come un essere fragile, passivo, incapace, dominato da sogni e sentimenti vaghi. Grazie al collage, donne vere incontrano le loro rappresentazioni e introducono dubbio, inquietudine, dolore in questo immaginario dolce e innocuo. L’immagine finale è così ben realizzata da non distinguirsi da una fotografia autentica. Condivisa su internet senza menzione dell’autrice, si mischia con i documenti originali, si infiltra tra gli archivi. Cambia la nostra memoria e quindi le nostre aspettative. Come un virus nella cultura dominante.

MMAK-dîner

Alcune fotografie hanno un simbolismo evidente e ne traggono la…

Voir l’article original 136 mots de plus

Je serai ta cage et ta forêt

Merci à la revue Hexen de me rappeler si joliment mon premier recueil.

HEXEN

« Ces temps-ci j’ai une aventure. Elle s’appelle Hélène. Élève alerte bien que distraite, sage bien que sauvage. De silhouette, elle semble un garçon, grande et svelte, musclée et élastique. Presque mon corps d’autrefois. Et le visage aussi, presque le même, car j’avais un visage de fille – doux, délicat, imprécis. Hélène fait la roue et des saltos autour de moi, se blottit dans mon ombre pour lire et dormir, embrasse mon tronc et croit embrasser l’univers. Mes fruits violets tachent sa langue et ses lèvres, ma sève reste visqueuse sur ses doigts et ses cils, mon écorce écorche ses paumes et ses chevilles, mon odeur emportée par son souffle va froisser le feuillage rose et souple de ses poumons.

Un long ruban retient à la taille sa robe trop large et une…

Voir l’article original 96 mots de plus